Cela bougerait-il chez les femmes catholiques?

Auteur.e: 
Comité de la Jupe
Date: 
17/04/2019

 

Parmi les analyses et doléances qui se font jour dans l’Église catholique, l’absence des femmes en responsabilité est très souvent évoquée. Sondages et synodes à l’appui,  83 % des personnes interrogées sont favorables à la parité dans les fonctions en Église, 70 % à l’arrivée de femmes prêtres. Et de fait, les initiatives qui dénoncent les blocages actuels se multiplient. Cela commencerait-il à bouger pour de vrai ? Voyons plutôt : 

-En Italie (Bologne), s’est créé en mars 2019 un « Observatoire de lutte contre les violences faites aux femmes dans les religions ». https://news.avventisti.it/e-nato-losservatorio-interreligioso-sulle-violenze-contro-le-donne/

-Des femmes de Munster, en Allemagne, lancent l’action « Maria 2.0 », du 11 au 17 mai. Pas de femmes dans les églises, des célébrations sur le parvis, des services reportés. Et une pétition en ligne : https://weact.campact.de/petitions/offener-brief-an-papst-franziskus-aus-anlass-des-sondergipfels-uber-missbrauch-in-der-kirche?fbclid=IwAR3fD1Au-FMIDSkUNGRfgBOGMmBsMhH_lZhTYJ0SGipY__qeMRSE6nobEt8;

-Les Suisses feront leur « grève des femmes » les  14, 15 et 16 juin prochain. https://www.frauenbund.ch/was-wir-bewegen/kirche-und-spiritualitaet/frauenkirchenstreik/

-La très influente abbesse Ruth Schönenberger de Tutzing en Bavière demande que des femmes soient prêtres et que tous aient accès aux mêmes fonctions. http://www.correspondanceeuropeenne.eu/2019/03/20/eglise-catholique-pression-des-religieuses-allemandes-pour-la-pretrise-des-femmes/?fbclid=IwAR3MeKKqAJhQEeQa6sWaSc31-OLpvFU3jb0980KZoM3gkcH2uQ1vVyiWIG8

-La supérieure régionale des Missionarinnen Christi soutient cette initiative dans toute l'Allemagne, au nom de tout son ordre m'a répondu. Une de leurs soeurs, Sr. Karolina Schweihofer, s'est exprimée publiquement sur l'ouverture aux femmes de toutes les fonctions de l'Église. 

-Il  existe aussi un mouvement de prière intitulé "Schritt für Schritt - Gebet am Donnerstag", "Un pas après l'autre - Prière du jeudi" initié par Sr. Irene Gassmann, la prieure des bénédictines de Fahr en Suisse (en lien avec l'abbaye jumelle d'Einsiedeln dont le P. Martin Werlen a été l’abbé). Il s'agit de prier tous les jeudis pour un changement de l'Église en particulier en lien avec les abus et la situation des femmes. Schweizer Priorin: Gebet für tiefgreifende Veränderungen in der Kirche - Vatican News

-En outre, Sr. Katharina Ganz, supérieure générale des franciscaines d’Oberzell (Bade-Wurtemberg) a dit sur Domradio (12.04.19) qu’elle souffre personnellement de ce que les femmes ne soient pas ordonnées. « Pour moi personnellement c’est une douleur. Je suis théologienne et j’ai donc exactement la même formation que mes homologues masculins. Ces derniers ont la possibilité d’être ordonnés prêtres ou diacres s’ils le souhaitent. Dans mon cas, c’est une certaine configuration génétique qui fait que cette possibilité ne m’est pas ouverte».

-Enfin, des initiatives sont prévues en Allemagne pour la promotion du diaconat des femmes le 29 avril, jour de la sainte Catherine de Sienne. Il y aura notamment une « journée du diaconat de la femme » à Mayence organisée pour la deuxième année consécutive par le Netzwerk Diakonat der Frau (Réseau pour le diaconat des femmes) et une marche pour le diaconat des femmes à Munich, pour demander au cardinal Marx d’appuyer le diaconat des femmes auprès du pape François.

Dans le même temps, le Comité de la Jupe lance une PETITION pour l’égalité femmes-hommes et publie une BROCHURE.

Le Comité de la Jupe constate tout d’abord que toutes ces initiatives ne font pas changer d’un iota la position du Magistère. Mais surtout, elle salue toute ces décisions, s’en réjouit, et les soutient. En ce qui concerne la grève, cette action se comprend bien dans le contexte allemand où les femmes engagées dans un service d’Église sont presque automatiquement syndiquées dans de puissantes associations qui les mobilisent efficacement. En France, la condition de l’immense majorité des femmes qui œuvrent dans l’Église de France est le fruit de décennies de défiance et de relégation cléricale. Ainsi, la pétition est en l’état actuel de l’ordre de 6000 signatures. Certes n’est pas mal, mais insuffisant pour soutenir les attentes des catholiques. Ensemble ne pouvons-nous pas mieux faire ? Á vos claviers les ami-e-s !

 

 

Photo by Vidar Nordli-Mathisen on Unsplash