Rubriques et derniers articles de la Jupe

Un courrier de Bruno Cadart, prêtre au Brésil

Christine nous fait parvenir ce message et cette lettre du père Cadart:   "Il est plus difficile à certains moments qu’à d’autres de vivre la communion dans notre Eglise. Mais  certaines paroles courageuses peuvent redonner confiance en l’Esprit. Voici encore une bouffée d'air pur venant d'un prêtre vivant au Brésil Bravo pour votre blog que je consulte chaque jour. Avec mes encouragements Christine"

Attention, loi dite naturelle à l'horizon!

Le Vatican (avec d'autres, bien sûr) évoque souvent une loi "naturelle" qui serait le fondement de la morale.
Si nous savons tous qu'il y a des états, des décisions, des destins qui "vont de soi", nous autres femmes avons aussi amèrement vérifié que sous le manteau de "la" loi naturelle", se cachent des faits de culture. Ne dit-on pas :  "Vérité en deça des Pyrénées, erreur au delà" ?
Les femmes ont tout lieu de craindre que l'on utilise ce concept un peu fourre tout pour contester l'émancipation des femmes et justifier le maintien de structures traditionnelles.

L'enfant violée et l'archevêque de Recife, par Christine Pedotti

Cet article a été écrit pour le "Contrejournal" de Libération sur la sollicitation du journal.

On dirait un cas d’école rédigé par un moraliste fou ; une pauvre gosse de 9 ans, un beau-père violeur, une grossesse gémellaire de 15 semaines.

Question de cours : l’avortement est-il autorisé (en idiome catholique on dit licite).

L’archevêque de Recife n’a pas chipoté. C’est niet, excommunication immédiate ; dura lex, sed lex (la loi est dure, mais c’est la loi).

Que pense Mgr Williamson des femmes ?

Ces lignes d'une conférence donnée par Monseigneur Williamson en 2001 (ce n'est pas si vieux!) sont terribles.... Elles contiennent des propos d'un autre âge.
Mais ils ne sont pas comme ceux qu'il nous arrive de croiser, au sujet des femmes, et envers lesquels nous éprouvons presque de la sympathie, parce qu'ils respirent tout de même la bonté et la bienveillance.
Ces propos-là sont méchants, ils veulent humilier, écraser, imposer un ordre mâle.

Pages