masculinisme

Déclaration des 10 ans de la Jupe: "Nous choisissons tout!"

06/12/2018
« Nous choisissons tout ! » 
Il y a dix ans, le Comité de la Jupe était créé, vaillant petit caillou dans les pantoufles pourpres d’une institution ecclésiale masculine et masculiniste. 
Depuis 2008, qu’a-t-il été fait pour mieux associer les femmes à son organisation interne ? Aux synodes ? Aux paroisses ? Á la distribution des sacrements ? Quasiment rien. D’accès à la prêtrise, au diaconat, à la tenue d’homélies, il n’est toujours pas question. 

Les religions doivent-elles se réformer?

03/03/2018

Débat du 27 janvier Saint Jacut : "Les religions doivent-elles se réformer ?"

"L’Église catholique doit-elle se réformer ?

L’institution, d’abord : Elle devrait surtout se mettre davantage en conformité avec l’Évangile, la Bonne Nouvelle de Jésus. Jamais Jésus n’a fait acception de sexe. Pour lui, les femmes sont des êtres humains, point final. Il n’y a dans l’attitude de Jésus aucun fondement pour un différentialisme femme/homme, pas plus qu’il n’y en avait dans les récits de création au livre de la Genèse. Le différentialisme est une responsabilité culturelle, ce n’est pas un article de foi qui obéirait à une volonté du Créateur. Ce qui est fondamental dans les Écritures, c’est l’égalité."

Á la recherche de la masculinité perdue

30/12/2016

Masculinité perdue. Grosse prime à qui la retrouvera. À en croire l’article publié dans Le Monde du 28 décembre et intitulé : « Des catholiques veulent rendre à l’Église sa virilité », les catholiques du genre mâle seraient à la recherche de leurs attributs perdus. D'où l'idée, dans des chapelles « masculinistes », de camps et séminaires réservés aux hommes, pour expurger d'eux la part féminine, semble-t-il...

École de prestige et obscurantisme religieux

31/10/2016
Il y a des jours où on se dit que le talent de certaines écoles à former des élites devrait aller de pair avec un discernement plus solide en matière religieuse.
Une récente interview (http://www.paris.catholique.fr/on-ne-nait-pas-homme-on-le-devient.html) du père Philippe de Maistre, aumônier au Collège Stanislas, soutenant les camps Optimum de l’Emmanuel, interrogé sur « la crise de la masculinité », laisse entrevoir une inquiétante conception de Dieu.

Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin !

21/10/2016

Les mouvements masculinistes ont de plus en plus de visibilité, et au sein même de l'Église. Depuis l'année 2009 déjà, le diocèse d'Autun organise un pèlerinage réservé aux hommes, le pèlerinage Saint Joseph1. Dans ce même diocèse toujours, c'est aujourd'hui la communauté de l'Emmanuel qui ouvre ses portes aux tenants du masculinisme en organisant, du 20 au 23 octobre 2016, un camp Optimum2.

La place des femmes dans l'Église passe aussi par le langage.

04/03/2016

La présence des femmes dans l’Église n’est plus à démontrer, mais qu’en est-il de leur place et de leur visibilité ? Une personne ou un groupe n’existe que lorsqu’elle/il est nommé-e, lorsque le langage l’inclut, lorsqu’elle/il peut être désigné-e et avoir ainsi la même visibilité, la même place que les autres ; la société, les pairs, l'autorité reconnaît alors son existence et son importance.

La Genèse du mâle

23 février 2015

 

Entre culture et religion les échanges sont de mise, les deux sont traversés par une domination et une transmission essentiellement masculines. Par ce biais, les hommes ont consolidé leurs droits acquis en véhiculant les histoires qui les confortaient. Ils ont aussi instrumentalisé les plus beaux textes sacrés en les sortant de leur contexte et en les interprétant dans le seul prisme de leur cause.

La maîtrise du religieux

00/00/0000

Une réflexion de Michelle Colmard Drouault Dans les vœux pour l'année à venir, Anne se posait la question de savoir pourquoi les individus de sexe masculin avaient accaparé la gestion du religieux. A mon avis, la gestion du religieux n’est qu’un avatar (le mot est à la mode !) de leur appétit de gestion du monde. Les hommes se sont pris pour Dieu, et ont voulu dominer le monde. Manipuler la peur, croire mettre Dieu à son service Et cela continue. Le premier auxiliaire de la domination est la peur.

Pages