Une initiative d’avenir

Auteur.e: 
Voices of Faith
Date: 
20/05/2020

 

Une initiative d’avenir : l'Initiative Junia, pour reconnaître la mission sacramentelle des laïcs, homme et femme.

Voices of Faith est une initiative qui, depuis 2014, crée des événements, des conférences, un travail médiatique et des groupes de réseaux internationaux pour inviter les femmes catholiques à occuper des postes de décision aux niveaux local et mondial de l'Église catholique (www.voicesoffaith.org).

Mais nous ne nous concentrons pas seulement sur les structures actuelles et extrêmement patriarcales de cette Église. Nous envisageons et créons également des moyens totalement nouveaux et innovants pour que les femmes puissent désormais être impliquées sans en demander la permission.

L'idée de l'Initiative Junia est née lors d'un de ces événements à l'automne 2019, organisé par Voices of Faith, et qui a eu lieu quelques jours avant le Synode de l'Amazonie à Rome. Sous le titre "Et toi, ma Sœur, qu'en dis-tu ?", 11 religieuses de tous les continents ont parlé des changements nécessaires pour l'avenir de l'Église et de la façon dont les femmes, à hauteur d'yeux, devraient contribuer à façonner ces changements et à y participer.

L’Initiative Junia, mission sacramentelle, est un premier pas concret dans cette direction.

Le célibat dans le sacerdoce s'inscrit dans une structure hiérarchique sacralisée qui, en pratique, se concentre de moins en moins sur la communauté et de plus en plus sur l'auto-préservation de ce système. L'Initiative Junia suit ces développements avec inquiétude. Elle perçoit un appauvrissement sacramentel dans les communautés, les congrégations et les institutions et critique le fait que des expériences précieuses en relation avec le divin soient abandonnées au profit de la préservation du système. Elle aimerait trouver une solution pour sortir du lien qui se joue entre fonction, consécration, pouvoir et genre. Ce fonctionnement a entraîné de grandes souffrances, devenues de plus en plus visibles ces dernières années.

En tenant compte des relations pastorales concrètes et dans l'optique des personnes responsables de paroissiens ou de croyants, l'Initiative Junia travaille sur des alternatives qui mettent l'accent sur la rencontre et la relation à l'autre (son prochain) et à Dieu. Avec le concept de "mission sacramentelle", elle introduit non seulement une nouvelle compréhension, mais elle veut jeter les bases d'une Église vivante et crédible. Une Église qui se nourrit des sacrements comme présence vivante de Dieu dans nos vies. Une Église qui se met à nouveau au service de l’humain.

L'Église catholique romaine ordonne aujourd'hui des hommes qui s’engagent à une vie de célibat et elle les place ensuite dans le service ecclésial en tant que prêtres et agents pastoraux. Les postes sont occupés par un nombre limité de personnes. En cas de manque d'hommes célibataires, les postes sont laissés vacants ou occupés par des personnes dont les actions ne sont que partiellement reconnues des autorités ecclésiales. La proposition d'une "mission sacramentelle" renverse cette pensée. Elle ne s'adresse plus aux hommes consacrés mais bien aux communautés et congrégations qui souhaitent le dialogue, la proclamation de l’Évangile et la célébration des sacrements par des responsables pastorales/raux qui ont fait leurs preuves.

Nombreux sont celles/ceux qui font déjà l'expérience, avec leurs agents pastorales/raux, que l'action sacramentelle se produit dans toutes les activités pastorales, parce que le Christ agit à travers ces agents : dans la célébration des sept sacrements, mais aussi dans la relation pastorale avec les personnes qui leur sont confiées, dans la gestion des paroisses et l’annonce de l’Évangile. Aujourd'hui, cette action sacramentelle n’est pas reconnue officiellement et elle ne reçoit aucun signe sous forme d'une ordination correspondante.

Des croyants dans les paroisses, les communautés et les institutions perçoivent déjà cette action comme un signe sacramentel. Ils se confient aux agents pastorales/raux parce que ces dernier/ère/s sont dignes de confiance et compétent/e/s, leur action est reconnue.

Ils prient avec ces agents et demandent la célébration des sacrements. Ils sont nombreux aujourd'hui à vouloir proposer des personnes pour le ministère sacramentel. L'Initiative Junia met en relation des agents pastorales/raux disponibles pour une mission sacramentelle avec des paroisses, des communautés et des congrégations disposées à les envoyer. Elle montre aux paroisses, aux évêques et aux organisations ecclésiastiques cantonales qu'il existe des personnes engagées qui ont fait leurs preuves et qui sont prêtes à accomplir une mission sacramentelle. Le moment est venu de reconnaître la diversité de l'action sacramentelle et une pratique établie de longue date. De cette façon, les paroissien/ne/s seront encouragé/e/s à ouvrir de nouveaux chemins dans notre Église.

L'Initiative Junia propose qu'à l'avenir les paroisses, les communautés et les congrégations, en accord avec les évêques et les responsables ecclésiastiques, confient le ministère sacramentel à des hommes et des femmes engagées. Selon la tradition ecclésiale ancienne, toute ordination se fait par imposition des mains. Des responsables de la hiérarchie et des personnes des paroisses, des communautés et des congrégations imposent ensemble leurs mains sur les personnes proposées et les mandatent pour un ministère sacramentel.

Comme cela a déjà été souligné à plusieurs reprises, l'objectif n'est pas de répondre à toutes les questions ouvertes en même temps, mais plutôt de stimuler un débat théologique créatif. Durant cette année de la Junia, cette recherche se poursuivra sur ce site et dans le discours théologique.

Traduction Mariette Mumenthaler, le 9 mai 2020